Les droits de l’homme au sein de la politique étrangère de la France et de l’Union européenne [en]

La promotion et la protection des droits de l’homme et des processus de démocratisation est une composante majeure de la politique étrangère de la France et de l’Union européenne.

 

Au sein du système multilatéral, la France joue un rôle actif au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui siège à Genève. Elle y appuie, aux côtés de ses partenaires européens, des résolutions concernant les régions ou les pays où ces droits sont gravement et systématiquement violés. Elle y milite également pour la ratification universelle des conventions de défense des droits de l’homme.

 

La France participe aussi à plusieurs organes des Nations-Unies chargés de veiller à l’application des pactes et conventions dans le domaine des droits de l’homme : Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, Comité contre la torture, Comité des travailleurs migrants, etc…

 

Au sein des pays européens, la France veille au respect par les membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), des engagements pris en matière de libertés fondamentales et d’institutions démocratiques. Par son appartenance au Conseil de l’Europe, elle accepte également la juridiction de la cour européenne des droits de l’homme et autres mécanismes de protection institués après la ratification de conventions et protocoles supplémentaires.

 

Voir les liens suivants pour plus de détails sur la politique française en matière de Droits de l’homme et d’institutions multilatérales : http://www.diplomatie.gouv.fr

 

De par son appartenance à l’Union européenne, dont les droits de l’homme sont le ciment, la France participe pleinement aux actions visant leur protection et leur promotion, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières de l’UE. En la matière, l’UE met l’accent sur les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels et promeut les droits des femmes, des enfants, des minorités et des personnes déplacées.

 

Tous les accords commerciaux ou de coopération avec des pays tiers contiennent une clause stipulant que les droits de l’homme sont une composante essentielle des relations entre les parties.

 

L’UE a créé plusieurs instruments (tels que l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme) et met en œuvre divers programmes de protection (lutte contre la discrimination, traite des êtres humains). Considérant notamment que les défenseurs des droits de l’homme jouent un rôle de premier plan dans la défense des droits fondamentaux et dans la protection des victimes des violations de ces droits, et compte tenu des attaques et menaces dont ils peuvent être la cible, il est important d’assurer leur sécurité et protection.

 

L’UE a donc rendu public les grandes orientations de sa stratégie en matière de défenseurs des droits de l’homme, mises en œuvre dans le cadre de sa politique étrangère et de sécurité commune (PESC), disponibles dans les trois langues sur le site de la délégation de l’Union européenne à Sri Lanka et aux Maldives

Dernière modification : 24/01/2012

Haut de page