Lutter contre l’exploitation sexuelle des mineurs, de l’image numérique à l’enfant abusé. [en]

Sur initiative française, en lien avec l’agence européenne de police criminelle EUROPOL dans son programme EMPACT (Priority Child Sexual Exploitation) un séminaire international sur le thème de la lutte contre la pédopornographie est organisé, du 18 au 21 juin 2019, à Singapour. Des responsables de 24 pays, dont 15 d’Asie du Sud et du Sud-Est (Bangladesh, Birmanie, Brunei, Cambodge, Inde, Indonésie, Laos, Malaisie, Maldives, Népal, Philippines, Singapour, Sri Lanka, Thaïlande, Vietnam) y participent afin de renforcer la coopération internationale et l’échange et le partage d’informations entre les autorités de la zone impliquées dans la lutte contre la pédopornographie.

L’exploitation sexuelle des mineurs est loin d’être un phénomène nouveau. Fléau d’ampleur internationale, elle s’est propagée au cours des dernières décennies de manière exponentielle sur la zone très ciblée de l’Asie du sud-est et du sous-continent indien. Alliée à l’utilisation des nouvelles technologies de l’informatique et du numérique ainsi qu’à celle des moyens de communication actuels, elle a su s’approprier des procédés innovants pour satisfaire les demandes des pédophiles à travers le monde.

Ainsi l’industrie de la cyberpornographie s’est rapidement développée dans les pays émergents de la zone où, dans les communautés extrêmement pauvres, elle apparaît comme une alternative à la misère. D’après les estimations du Fond Monétaire International (FMI), cette entreprise criminelle génère entre 3 et 20 millions de dollars de bénéfices par an.

Le caractère clandestin de la diffusion des images et des vidéos ainsi que l’opacité des réseaux reliant les trafiquants et les pédophiles se révèlent être un verrou à la surveillance, à la détection et à l’intervention des enquêteurs. C’est pourquoi, face à ce constat alarmant, face à l’enjeu d’une protection sans faille des enfants, une coopération internationale policière forte aidée d’un appui partenarial efficient de tous les acteurs des secteurs publics et privés impactés par cette nouvelle forme de criminalité, est devenue une impérieuse nécessité.

C’est précisément ce que ce séminaire entend coordonner. Il se focalisera, en particulier, sur les enjeux suivants :

-  La lutte contre le live-streaming

Ce phénomène particulièrement alarmant consiste en la diffusion en direct, à l’aide de webcams et à des fins commerciales, de vidéos d’abus sexuels commis sur des enfants, majoritairement pré-pubères. Il est une préoccupation majeure des services répressifs mondiaux car force est de constater que ce mode de diffusion attire de plus en plus d’internautes pédophiles.

- Le tourisme sexuel

Ce phénomène déjà internationalement connu est actuellement en pleine mutation. Les instances nationales et internationales travaillant sur cette thématique notent en effet que les touristes sexuels filment de plus en plus leurs méfaits avec les enfants en vue de les diffuser sur internet par la suite, et ainsi alimenter la communauté internationale pédophile d’images en permanence renouvelées. Par ailleurs, l’itinérance transfrontalière des pédophiles complique nettement l’action des services répressifs et la remontée d’informations permettant l’ouverture de procédures judiciaires dans les pays dont sont originaires les délinquants présumés.

- La lutte contre le financement de la pédopornographie

Les images d’abus sexuel sur les enfants sont accessibles en ligne en contrepartie de paiements. Ce
sont de multiples transactions à faibles montants diffusés au moyen des circuits financiers et économiques internationaux. Il convient de détecter ces transactions pour mieux incriminer le réseau allant du donneur d’ordre au bénéficiaire des versements.

Dernière modification : 18/06/2019

Haut de page