Projet cofinancé par l’AFD - Amélioration de l’accès à la santé et des droits sexuels et reproductifs à Sri Lanka

En 2015, l’Agence Française de Développement (AFD) et Médecins du Monde (MDM) ont lancé un projet de 1 M € pour améliorer l’accès à la santé sexuelle et reproductive (SSR) et les services liés à la violence basée sur le genre (VBG) et réduire la mortalité et la morbidité maternelles à Sri Lanka. L’intervention coparrainée AFD/MDM est mise en œuvre par l’Organisation pour le Développement Humain (HDO), une organisation locale travaillant dans le secteur des plantations dans la province centrale de Sri Lanka et plusieurs autres organisations locales travaillant dans les provinces du Nord et de l’Est.

Sri Lanka maintient des normes de services élevées avec des indicateurs remarquables dans les domaines de la santé et de l’éducation, le pays est identifié comme un pays comparable au monde "développé". Le pays connaît un faible taux de mortalité maternelle et infantile, un taux d’alphabétisation et une espérance de vie élevés. Bien que cela soit reconnu les femmes et les jeunes de Sri Lanka se heurtent à des obstacles importants pour accéder à l’information et aux services concernant la santé et les droits sexuels et reproductifs, qui ont des effets négatifs sur leurs droits.

JPEG - 93.4 ko
Photo compliments from Médecins du Monde

Le manque de connaissance sur la santé sexuelle et reproductive et les barrières culturelles qui créent la stigmatisation et la discrimination pour accéder aux services de santé sexuelle et reproductive sont des facteurs dissuasifs clés qui empêchent les femmes et les jeunes d’accéder à l’information, en particulier dans les plantations. Les adolescents et les jeunes n’ont pas accès à une information appropriée et les enseignants ou parfois les prestataires de services de santé hésitent à discuter et à fournir des informations précises sur ces sujets en raison des barrières culturelles. Certains des principaux problèmes doivent être abordés : les rapports sexuels non protégés, les grossesses chez les adolescentes, les avortements à risque, les infections sexuellement transmissibles, le VIH et le sida et la violence sexiste.

Pour tenter de combler certaines de ces lacunes, l’AFD et MDM, en collaboration avec leurs partenaires, travaillent avec le Ministère de la Santé, le programme national de lutte contre les MST et le SIDA et le "National Youth Corps" ; l’institut gouvernemental de formation des jeunes renforce étroitement les capacités des prestataires de services de santé tels que les sages-femmes, les infirmières, les enseignants, les directeurs, les formateurs et les chefs de communauté pour aborder les questions liées à la SSR de manière plus approfondie.

Des séances de sensibilisation sur la santé sexuelle et reproductive sont organisées pour les membres de la communauté, ainsi que des formations sur l’aspect de la SSR aux sages-femmes. Les conseillers pédagogiques, les directeurs et les formateurs du "National Youth Corps" sont également formés et sensibilisés à l’importance d’offrir une éducation sur la sexualité et les relations dans les écoles et sur l’importance du conseil et du soutien psychologique pour les jeunes du nord de Sri Lanka.

JPEG - 81.9 ko
Photo compliments from Médecins du Monde

Dans les plantations, des groupes communautaires se réunissent tous les mois pour discuter des problèmes de santé des femmes et des jeunes et les volontaires de santé formés par l’organisation partenaire de MDM les dirigent vers les services pertinents. Dans les plantations, ils font également pression et demandent des changements légaux et politiques pour intégrer le système de santé des plantations au système de santé national afin d’assurer des services gratuits, de qualité et standards. Dans ce travail, il est difficile d’engager les hommes et les garçons dans la conversation, mais les organisations partenaires utilisent diverses techniques adaptées aux jeunes telles que les festivals sportifs et le théâtre pour engager la conversation et créer un dialogue sur la prévention de la violence contre les femmes.

L’amélioration de l’accès aux services de santé et le dialogue accru autour des problèmes liés à la SSR et les VBG ainsi que les histoires d’autonomisation partagées par les membres de la communauté suite à ces interventions sont encourageants.

JPEG JPEG

Dernière modification : 13/03/2018

Haut de page